Nous devons mieux reconnaître et soutenir ceux qui luttent pour la santé mentale. C’est le message du lieutenant-général Roméo Dallaire qui s’est adressé à une foule à l’Université Brock à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, le vendredi 1er décembre.

Dallaire a raconté des histoires lorsqu’il était commandant de la Force des Nations Unies pour le maintien de la paix pendant le génocide rwandais de 1993-1994. «Les blessures qu’ils ont subies au combat ne sont pas des blessures par balles ni des éclats d’obus, mais des blessures entre leurs oreilles», a-t-il déclaré. “Ils sont rentrés à la maison et personne ne les a compris et ils n’ont pas pu obtenir le soutien. Les blessures se sont creusées et ils se sont finalement détruits eux-mêmes. ”

Dallaire a lutté contre le syndrome de stress post-traumatique depuis la mission de maintien de la paix et est maintenant un champion de la santé mentale des anciens combattants.

Pendant son discours d’une heure, Dallaire a mis au défi les dirigeants des collèges et des universités de mieux s’occuper de leurs élèves, encourageant les écoles à être inclusives.

 

Photo (Université Brock) : le lieutenant-général Roméo Dallaire.
Source : Université Brock