Créer une communauté francophone dynamique et ouverte aux francophiles à Guelph, c’est le défi que s’est lancé Dominique O’Rourke en impulsant le Réseau Franco Gueph. Cette relationniste s’est attelée durant tout l’été à contacter et à rassembler les personnes prêtes à s’investir dans cette aventure communautaire qui pourrait déboucher sur la constitution d’une association.

Plus de 130 personnes ont manifesté leur intérêt en s’inscrivant sur la page Facebook du Réseau et une dizaine d’autres en participant au dernier rassemblement, un pique-nique au Lakes Guelph Sports Field, le dimanche 20 août.

« Le projet est vraiment né au printemps. Lors d’un 6 à 8 inaugural, nous avons constaté qu’il manquait un réseau de proximité, relate cette mère de famille désireuse de développer des connections en français et d’apporter un environnement et une culture francophone à ses enfants après l’école. C’est pour répondre un besoin personnel, familial, mais aussi à un intérêt général que nous voulons dynamiser le tissu francophone éparpillé un peu partout. »

Les deux écoles élémentaires – L’Odyssée et Saint-René-Goupil – ainsi que le département français de l’Université de Guelph constituent actuellement les seuls foyers actifs en français dans la ville. Les personnes désireuses de participer à des activités en français se tournant vers les organismes communautaires de Kitchener, Waterloo ou Cambridge. Ces derniers ont d’ailleurs apporté leur expertise et conseillé Dominique O’Rourke dans ses démarches.

« Nous ne savons pas encore quelle forme va prendre ce réseau : une simple communication sur les initiatives existantes ou une programmation d’activités à part entière. On veut prendre le temps de la réflexion. On commence à explorer les possibilités. L’accueil que l’on reçoit est chaleureux et encourageant. »

Mme O’Rourke envisage une consultation communautaire à l’automne pour mieux identifier ce public et cerner ses besoins. « Une fois tout cela mis à plat, et fort d’une représentation plus large au sein du comité, il sera temps de penser aux statuts, aux premiers membres et la création d’un site web.

Comptant sur la rentrée, la dynamique résidente de Guelph espère drainer de nouveaux membres. « Que ce soit dans les écoles ou les grandes compagnies nationales, il y a beaucoup de francophones à Guelph. Sans compter les étudiants et les aînés qui, eux aussi, ont des attentes particulières. »

Le cercle s’élargit de jour en jour autour de Dominique O’Rourke qui donne d’ores et déjà rendez-vous à la communauté le 25 septembre, à 18 h au Café Robusta, sur la rue MacDonell, pour bâtir les fondations de l’identité francophone forte à Guelph.

Photo :  Des membres du Réseau franco Guelph lors du pique-nique du 20 août.